Accueil >  News >  L’association
Accueil Contacter les responsables d'ASK Rosny93
Les dernières newsL'histoire de l'association ASK RosnyLes pilotes de l'ASKLes infrastructures de l'ASK RosnyLes partenaires de l'ASK Rosny

 News
 Historique
 Pilotes
 Ecole Française de Karting
 Partenaires
 Contacts et liens
 Karting en Ile de France


        La newsletter de septembre 2009


    Profession pilote : Rencontre avec Manuel Renaudie

    Manuel Renaudie a 27 ans. Il a débuté le kart à l’âge de 12 ans, sur une petite piste à coté de chez lui en France, avec son père, pilote. Il roulait alors sur un châssis Minime avec un moteur Formule A ! Aujourd’hui domicilié en Suisse, marié et papa d’une fillette de 13 mois, il pratique le kart en professionnel au plus haut niveau de la compétition. Il est l’un des rares pilotes français « usine ». Manuel est un fidèle du club. Licencié à l’ASK Rosny 93 depuis 2001, il contribue par ses performances à la renommée du club sur la scène internationale. Meilleur français au championnat du Monde KF1 2008 à La Conca (6ème), il a manqué d’un cheveu le titre de champion d’Europe SKF cette saison, et terminé sur la deuxième marche du podium.

    Quand es-tu arrivé au plus haut niveau du karting ?

    En 1998, j’ai participé à mon premier championnat d’Europe ICA à Valence. Ma carrière internationale a réellement pris son envol en 2002 où j’ai terminé vice-champion de France Formule A/Elite et 10ème de la Coupe du Monde, avec PCR. L’année d’après, j’ai été titré champion d’Italie Formule A.

    Depuis quand es-tu pilote officiel usine, et quel est ton rôle ?

    J’ai travaillé pour l’usine italienne PCR de 2002 à 2004, puis chez Swiss Hutless en 2005. En 2006 et 2007, c’était pour le manufacturier Vega, et depuis 2008 je suis chez PDB Racing. Mon travail consiste à éprouver le matériel dans toutes les conditions, le développer et le mettre au point pour qu’il soit le plus performant possible. Ensuite, il faut mettre ça en pratique lors des grands rendez-vous internationaux.

    Est-ce que ton statut de pilote officiel te permet de vivre, et combien de temps penses-tu encore poursuivre cette carrière ?

    Pour le moment oui, mais ça demande une entière disponibilité. Ce n’est donc pas facile de gérer sa vie de famille. Physiquement, ce n’est pas non plus un métier qu’on peut exercer toute sa vie. Je pense donc m’arrêter d’ici deux ou trois ans environ. Je ne crois pas que je continuerai alors à évoluer dans le monde du Karting, mais comme j’ai suivi des études dans le génie mécanique et que je possède un DUT de dessinateur industriel, je pourrai me recycler aisément.

    Préfères-tu le kart avec ou sans boite de vitesses, et pourquoi ?

    Les deux disciplines sont intéressantes. En entraînement, c’est plus amusant de rouler en 125 à boite de vitesses. C’est intense, il y a toujours quelque chose à faire, l’accélération et le freinage sont plus bruts. En course, le KF est plus pointu, aussi bien au niveau du pilotage où il faut être très fin, tandis que le 125 à boite permet de rattraper des petites erreurs, qu’au niveau des réglages. Dans le cadre de mon contrat chez PDB Racing, je devais rouler uniquement en KZ. Nous avons quand même disputé quelques courses en KF pour voir. Comme les résultats étaient satisfaisants, 4ème au Margutti, 6ème du championnat du Monde et 3ème du championnat Asie-Pacific en 2008, nous avons décidé de poursuivre dans les deux disciplines. Le KZ reste notre priorité.

    Qu’est-ce qui a failli pour le titre de champion d’Europe SKF cette année ?

    Le titre m’a échappé à Zuera où j’étais vraiment au dessus du lot. J’ai gagné la course 1 et j’étais en tête de la course 2 quand j’ai cassé un roulement de fusée. Une victoire m’aurait permis d’arriver dans une position confortable à Essay. Là, il me fallait gagner les deux finales devant Vaino. A la première finale, il m’a doublé dans les derniers tours et au départ de la course 2, il m’a serré à l’intérieur et j’ai perdu des places. Même si je roulais dans le rythme des premiers, je n’ai rien pu faire pour revenir. Je termine donc deuxième du championnat d’Europe derrière lui.

    Que s’est-il passé à la Coupe du Monde KZ1 à Sarno ?

    Nous étions très performants aux essais libres, j’ai fait le meilleur temps vendredi et j’étais dans les 4, 5 plus rapides samedi matin. Mais le kart était préparé pour un temps chaud, or, nous avons eu de la pluie aux chronos et je me suis retrouvé 43ème. Dans les manches, je remonte bien, mais je suis pris au piège d’un accrochage entre Piccini et Convers en pré-finale et avec Laudato en finale.

    Quelles sont tes chances au championnat du Monde à Macau ?

    Nous avons un très bon matériel KF qui a fait ses preuves cette année dans toutes les grandes courses. Je pense donc avoir de bonnes chances si tous les facteurs sont réunis pour que ça paye !

    Pourquoi ne t’es-tu pas dirigé vers une carrière Auto ?

    J’ai eu des opportunités, j’ai fait quelques tests en Formule Renault et en F3, mais j’étais déjà pilote professionnel en Karting et un peu vieux pour débuter en Auto.

    Penses-tu que l’appartenance à un club est importante ?

    Oui et non. Quand on débute en Karting, je pense notamment aux jeunes pilotes, le club est très important car il permet de rencontrer les gens du milieu, de recevoir des conseils, de connaître les ficelles, de faire partie d’une famille. Mais ensuite, quand on atteint un niveau international, on roule avant tout pour soi, et pour son usine quand on est pilote officiel. Le club devient secondaire, même si on est toujours heureux de ramener un titre à son président et de recevoir ses félicitations !

    Quel est ton attachement à ton club ?

    Je suis licencié à l’ASK Rosny 93 depuis 2001. J’y ai trouvé des gens passionnés et sympathiques. Les Deschamps ont toujours été à l’écoute et prêts à aider en cas de problème. Avec eux, c’est surtout une question de personnes.

    L’endurance Karting : Economique et enrichissante

    L’Euro Endurance Série a relancé l’endurance Karting en France. Ce championnat trois en un comprend six épreuves dont cinq comptant pour le championnat de France d’Endurance. Les Coupes de Marque Rotax Max et X30 appartiennent au Groupe 2 qui détient son propre classement. Les 24 Heures du Mans font aussi partie de l’Euro Endurance et comptent pour deux résultats (classement après 12h et classement final). C’est donc un championnat intense et complet qui permet de rouler beaucoup à moindre frais, puisqu’une saison entière revient à peu près au même coût qu’une course internationale.

    Le jeune Vincent Fraïsse, 16 ans, évoluant en championnat de France et en international dans la catégorie KF2, a fait ses débuts dans cette discipline au mois de juin dernier aux 6 Heures de Bourgogne-Franche Comté à Autoreille. Suite à une annonce parue dans Mondial Karting, et sur les recommandations des frères Boulineau, préparateurs des moteurs de Sarthe-RTKF et de Vincent lorsqu’il roulait en Cadet, il a intégré le team Sarthe-RTKF 2, en vue de faire partie de l’équipage des 24 Heures du Mans. Sa première participation à la plus prestigieuse des endurances s’est soldée par une victoire, à laquelle Vincent a ajouté la fierté de sa pole position, obtenue devant des pilotes de renom, tels que Julien Poncelet, Anthony Abbasse ou Armand Convers.

    Vincent a partagé le volant du Sodi-Parilla n°72 avec Alban Varutti, pilote officiel Sodi. « Alban a beaucoup d’expérience en KF et il connaît aussi très bien l’endurance. Il m’a donné de bons conseils de pilotage et sur la carburation. Aux essais libres, j’étais le plus rapide de l’équipe, j’ai donc été désigné pour la séance chronométrée. Faire la pole aux 24 Heures est déjà formidable, gagner la course est merveilleux, surtout que c’est la première victoire importante de ma carrière. »

    Le pilote Rosny 93 a aussi été sensible à la différence d’ambiance entre les deux disciplines, le sprint, un monde fermé, très individualiste, et l’endurance avec son coté familial et convivial, où l’esprit d’équipe et la gestion du matériel n’ont rien à voir. Il disputera les deux dernières épreuves de la saison, les 6 Heures du Centre à Mer et les 2x200 Kms d’Angerville, dans l’espoir d’un podium final à l’Euro Endurance et au championnat de France d’Endurance. Sarthe-RTKF 2 pointe actuellement à la 2ème place du classement provisoire derrière sa grande sœur Sarthe-RTKF. Parallèlement, d’autres rendez-vous sont inscrits à son calendriers, notamment les deux dernières manches du championnat de France KF2. « J’ai beaucoup appris pendant cette course de longue haleine et gagné en confiance grâce à cette victoire. J’espère que ça me sourira aussi en sprint. »

    La journée des filles à l’Ecole Française de Karting

    Pour la première fois depuis sa création en 2006, l’Ecole Française de Karting de l’ASK Rosny 93 a réuni un groupe 100% féminin.

    Parmi les neuf demoiselles âgées de 13 à 17 ans, une majorité découvrait le Karting. Deux « anciennes » de l’Ecole Française de Karting, Valentine Houlette et Pauline Pinier, étaient invitées afin de montrer à ces nouvelles adeptes quel niveau on pouvait atteindre en suivant des cours de pilotage.

    Les filles ont participé à deux séances de roulage entrecoupées d’un débriefing. Leurs chronos ont largement évolué au fil de la journée. Après l’atelier de sécurité routière avec le policier détaché par la Direction Départementale de la Sécurité Publique de la Seine-Saint-Denis, elles se sont confrontées dans une course de vitesse de vingt minutes remportée par Sabrina devant Julia et Mélanie, qui ont toutes trois reçu un trophée.

    Valentine et Pauline ont pris part aux séances d’essais et à la course, mais hors classement car, bien évidemment, elles ont dominé les débats dans un mano à mano d’une forte intensité. Valentine est sortie vainqueur de leur duel mais Pauline a hérité du meilleur tour en course.

    Si les filles étaient contentes de se retrouver entre elles pour débuter dans de bonnes conditions, elles attendent de se mesurer aux garçons dans l’avenir.

    Partenariat avec l’externat médico-professionnel de Montreuil

    Dans le cadre de ses initiations à la pratique du Karting, l’ASK Rosny 93 a déjà eu l’occasion d’accueillir des groupes de jeunes atteints de déficiences intellectuelles. Sur des tracés sécurisés par des Tecpro, des adolescents issus d’instituts médico-éducatifs et médico-professionnels de Rosny-Sous-Bois et de Montreuil ont pu, avec une joie non dissimulée, pratiquer le Karting.

    Fort de ces expériences qui se sont révélées positives et enrichissantes pour ces adolescents, l’ASK Rosny 93 s’est associée avec l’externat médico-professionnel Bernadette Coursol de Montreuil pour participer à un projet éducatif pendant l’année scolaire 2009-2010.

    Tous les mardis matin, un groupe de cinq jeunes, âgés de 14 à 19 ans, vient sur la piste de l’Ecole Française de Karting chez PSA Peugeot Citroën à Aulnay-sous-bois pour apprendre la conduite d’un engin motorisé. Un atelier « Sécurité Routière » et un atelier « simulateur de conduite » seront mis en place en complément de la pratique du Karting, grâce à un partenariat avec la Direction Départementale de la Sécurité Publique de la Seine-Saint-Denis et la Macif Prévention.

    Cet apprentissage a pour objectif de préparer ces jeunes pour le passage de l’ASSR1 et l’ASSR2 (attestation scolaire de sécurité routière), et par la suite du BSR (brevet de sécurité routière), afin qu’ils acquièrent leur autonomie de déplacement dans des véhicules de type deux-roues ou voiturettes.

    Les premières séances se sont parfaitement déroulées. La météo ensoleillée a permis de débuter dans des conditions idéales. L’encadrement est assuré par un éducateur médico-spécialisé, une psychomotricienne et l’équipe de l’ASK Rosny 93. Les jeunes handicapés sont enchantés de pouvoir accéder à cette pratique sportive et de progresser dans l’apprentissage du pilotage.

    Téléchargez la newsletter illustrée en cliquant sur le lien ci-dessous

    Photo : ksp.fr


    IMPRIMER

©ASK-Rosny93 2005 | Photos P.Kalmès | Edition Future Racing | Conception Pitstop Interactiv